Lors d’un projet d’installation d’infrastructure, il est souvent question de virtualisation pour limiter les coûts. Pour apporter un début de réponse, voici quelques scénarios que Microsoft supporte qui vous aideront dans votre reflexion :

Hyperviseurs supportés : 

Hyper-V ou tout autre hyperviseur défini dans le programme SVVP. (Server Virtualization Validation Program, voir http://www.windowsservercatalog.com/svvp.aspx)

L’hyperviseur ne doit que jouer le rôle d’hyperviseur (pas de bases de données, d’annuaires,…). Seules les applications de gestion (antivirus, sauvegarde) devront être installé

Systèmes d’exploitation supportés :

Windows Server 2008 ou supérieur.

(Voir l’article de l’équipe produit sur les différences de performances entre 2008 et sa R2 concernant Outlook Anywhere http://msexchangeteam.com/archive/2010/04/30/454805.aspx)

 

Rôles supportés :

Tous sauf la messagerie unifiée.

(L’UM nécessite des prérequis de temps réel)

 

Stockage

-Disques virtuels de taille fixe (limite de 2To pour Hyper-V, pour les autres hyperviseurs, se référer aux spécifications éditeurs). Les disques dynamiques et différenciés ne sont pas supportés,

 -Disques physiques avec un accès dédié par machine virtuelle (ou pass-through storage),

 -iSCSI.

NB : les NAS ne sont pas supportés

 

Haute-disponibilité :

Les doubles solutions de haute-disponibilité ne sont pas supportées. Je m’explique :

– Sera supporté un serveur cas/hub unique sur une plateforme de virtualisation assurant une haute disponibilité (exemple : deux serveurs hyper-V avec fonction « Live Migration » et une baie partagée),

– Sera supporté un DAG virtualisé si la plateforme de virtualisation ne fournit de mécanismes de haute-disponibilité,

– Ne seront pas supportées : les installations d’une ferme NLB (pour CAS/HUB) ou d’un DAG (pour MBX) sur un socle de virtualisation assurant une haute-disponibilité.